Sa vie m’était soumise, exhalait vers moi son léger souffle

13/11/2016 § Σχολιάστε

proust13-11-16

En fermant les yeux, en perdant la conscience, Albertine avait dépouillé, l’un après l’autre, ses différents caractères d’humanité qui m’avaient déçu depuis le jour où j’avais fait sa connaissance. Elle n’était plus animée que de la vie inconsciente des végétaux, des arbres, vie plus différente de la mienne, plus étrange, et qui cependant m’appartenait davantage. Son moi ne s’échappait pas à tous moments, comme quand nous causions, par les issues de la pensée inavouée et du regard. Elle avait rappelé à soi tout ce qui d’elle était au dehors ; elle s’était réfugiée, enclose, résumée, dans son corps. En le tenant sous mon regard, dans mes mains, j’avais cette impression de la posséder tout entière que je n’avais pas quand elle était réveillée. Sa vie m’était soumise, exhalait vers moi son léger souffle.

[Marcel Proust, A la recherche du temps perdu -Albertine Disparue]

Advertisements

Τα σχόλια είναι απενεργοποιημένα.

What’s this?

You are currently reading Sa vie m’était soumise, exhalait vers moi son léger souffle at αγριμολογος.

meta

Αρέσει σε %d bloggers: